A TOUR DE RÔLE

de Pierre David-Cavaz, mise en scène Stéphane Müh

Une fantaisie revigorante

« A tour de rôle » s’inspire de deux pièces de l’auteur (« Le Pyjama en satin » et « La Légion ») pour en faire des variations pleines d’humour et de délicatesse sur la solitude, prétexte à un tête-à-tête tragi-comique entre les personnages. Stéphane Müh et Patrick Zimmermann sont les réjouissants compères de cette traversée cocasse et surréaliste.

Comme deux illusionnistes, les comédiens endossent les merveilleux personnages un peu déglingués de Pierre David-Cavaz. D’emblée, Ils installent une situation avec la force de leur présence, découpent un espace avec quelques gestes et… jouent ! Jouent à rire, à se faire mal, à se faire peur. Ici l’art du dialogue, l’inversion des rôles, le plaisir du jeu agissent comme un feu d’artifice. Les situations rocambolesques s’enchainent, les scènes d’actions succèdent à des scènes plus intimistes, cachent des rebondissements inattendus. L’auteur s’amuse et fait feu de tout bois. Les mots s’entrechoquent, valsent, s’envolent. L’écriture est ciselée, le contrepied subtil, l’absurdité habite les situations, autant de pépites théâtrales conçues pour le plaisir, rien que pour rire ensemble de nos petits travers, de nos petits malheurs ou de nos grandes joies. Humour absurde, poésie tendre nous enchantent dans ces pièces à l’humanité proche de nous. Sous le couvert du rire se cachent parfois les bizarreries humaines que l’auteur, disparu en 2016, savait saisir comme personne.