Dans les draps de Morphée

Un suspense haletant pour une histoire hors du commun
De Cédric Chapuis et Céline Picart
Mise en scène Cédric Chapuis

dans-les-draps-de-Morphee

L’histoire vraie de la jeune Cécile Pradal, racontée comme un polar aux multiples rebondissements. Un récit bouleversant, témoignage sans concession sur un imbroglio judiciaire dans une affaire de viol.

Le 9 février 2006, à 5 h 45 du matin, ce qui réveille Cécile Pradal, c’est la sonnerie de son téléphone portable. Vêtue d’un simple T-shirt, elle est allongée dans une chambre qu’elle ne connaît pas, un bras l’enlace : celui de Pierre-André Bertin, son futur employeur. Invitée par  celui-ci la veille pour évoquer un projet professionnel commun, elle n’a aucun souvenir du déroulement de la soirée. Que fait-elle là ? À côté de cet homme qu’elle n’a jamais désiré. Pourquoi ce black-out  total ? La vie de la jeune femme bascule. « Savoir absolument ce qui s’est passé cette nuit-là » va devenir la quête vitale de son existence. Poussée par son entourage, elle acceptera de porter plainte contre celui qu’elle place au-dessus de tout soupçon, dans l’unique  but de connaître la vérité. Au commencement, rien de plus. Juste la vérité. Happée par une instruction judiciaire aux rebondissements incroyables, la jeune femme va devoir livrer bataille et résister coûte que coûte à l’écrasante machine judiciaire. Seul rayon de soleil au milieu de la tempête, sa passion pour son métier, la danse, qui lui donne l’énergie de combattre, le désir de vivre. Au-delà d’une comédie humaine menée comme une enquête policière, Dans les draps de Morphée est une œuvre lumineuse, un témoignage universel rendant un vibrant hommage  au courage de ces femmes désireuses de se réapproprier leur corps par la reconnaissance  du crime subi. Le spectacle, porté par quatre acteurs, opte pour un langage cinématographique  où se mélangent théâtre, danse, jeux de lumières, ombres portées, vidéo. Décor modulable, musiques évocatrices, fluidité du récit, tout concourt à libérer l’imaginaire du spectateur baigné dans une atmosphère sensible et poignante.